Les Siècles rendent hommage à Berlioz dont 2019 sera l’année du centenaire de la mort.


BERLIOZ, La Damnation de Faust, Légende dramatique en quatre parties, op. 24 

Tschechischer Philharmonischer Chor Brno
Les Siècles
François-Xavier Roth, direction

Anna Caterina Antonacci | Marguerite
Bryan Register | Faust
Kyle Ketelsen | Méphistophélès
Jean-Marc Salzmann | Brander

À la fois prototype et œuvre du voyage, La Damnation de Faust reprend la matière des Huit Scènes de Faust qu’avait écrites Berlioz en 1828, sous l’influence immédiate du chef d’œuvre de Goethe. La première copie adressée en avril 1929 à Goethe et Zelter reçut un avis défavorable, ce qui pour autant, ne décourageât pas Berlioz. Les prémices de ses retrouvailles avec l’œuvre de Goethe proviennent sans doute de son premier voyage en Allemagne, de décembre 1842 à mai 1843. En août 1845, alors qu’il assistait avec Liszt au festival Beethoven de Bonn, il fut persuadé par ce dernier d’entreprendre la composition de son Faust. Preuve s’il en est du rôle décisif de Liszt, Berlioz allait lui dédier son œuvre, hommage qui conduira à la réciprocité puisqu’en 1854, Liszt lui offrira sa Faust-Symphonie. Deux mois après ce séjour à Bonn, Berlioz reprit en octobre le chemin de l’Allemagne puis celui de l’Europe centrale ; en Autriche, Hongrie, Bohême et Silésie. Il recommençât ainsi son travail dont la majeure partie fut achevée à son retour à Paris en mai 1846. Ses personnages seront ainsi emmenés des plaines de Hongrie aux bords de l’Elbe, du cabinet du docteur Faust à la chambre de Marguerite, de l’Enfer au Ciel.

Il adapta librement le texte de Goethe retraçant le destin de Faust, depuis son inextinguible désir de jeunesse, d’amour et de connaissance à sa descente dans les abîmes infernaux. Mais, contrairement au texte originel, Faust est damné et ne connaîtra pas le salut et la miséricorde. Une œuvre empreinte de solitude et désillusion où chacune des parties commence dans l’aspiration et l’élan individuel pour s’anéantir dans la poussière anonyme et collective, à l’exception de la scène conclusive.

Concerts

Jeudi 20 septembre 2018, 19h30
Linz, Bruckner Festival

Samedi 22 septembre 2018, 20h
Bonn, BeethovenFest

Mardi 6 novembre 2018, 20h
Versailles, Opéra Royal