Au mois d’août 2017, Les Siècles présentent un programme autour de l’exotisme dans la musique française. Rendez-vous aux BBC Proms à Londres le 16 et au Festival Berlioz à La Côte-Saint-André le 25.


 

Programme aux BBC Proms
Cédric Tiberghien, piano

SAINT-SAËNS, Ouverture La Princesse Jaune
DELIBES, Lakmé – Ballet
SAINT-SAËNS, Concerto n°5 pour piano – L’égyptien
FRANCK, Les Djinns
LALO, Namouna
SAINT-SAËNS, Samson et Dalila – Bacchanale 
Programme au Festival Berlioz
Clémentine Margaine, mezzo soprano

SAINT-SAËNS, La princesse jaune 
BERLIOZ, Marche marocaine 
DELIBES,Lakmé – Ballet
BERLIOZ, Les Troyens – Ballet
RAVEL, Shéhérazade
BERLIOZ, La Captive
BERLIOZ, L’Arabe jaloux
commande du Festival Berlioz, création mondiale 

SAINT-SAËNS, Samson et Dalila – Bacchanale

Les Siècles
François-Xavier Roth, direction

« L’Orient est devenu pour les intelligences autant que pour les imaginations une sorte de préoccupation générale », écrit Victor Hugo dans sa préface des Orientales en 1829. L’Orient est en effet un sujet de fascination pour la plupart des compositeurs français du 19e siècle et ce programme en est un magnifique témoin. Ravel, Saint-Saëns, Delibes, Franck et Lalo s’approprient les mythes et légendes de l’Orient, de l’Afrique du Nord à l’Inde et inventent une musique colorée, une orchestration chatoyante qui permettent à leurs contemporains de voyager dans ces contrées lointaines et exotiques le temps d’un concert. Pour ce programme, les musiciens des Siècles jouent les instruments français de la seconde partie du 19e siècle redonnant ainsi leurs couleurs originales à ces œuvres extraordinaires.

C’est lors d’un séjour à Louqsor que Saint-Saëns rapporte son Concerto n°5 pour piano, baptisé L’Égyptien. Les couleurs, les parfums et les sons d’Afrique du Nord forment un univers que le compositeur connaît bien – il séjourna plusieurs fois en Tunisie, en Egypte et surtout en Algérie – et qui l’a inspiré à de multiples reprises, comme en atteste également la Bacchanale extraite de son opéra Samson et Dalila. Le Concerto L’Égyptien mêle ainsi un langage occidental à des emprunts à la musique arabe dans le second mouvement, dont le compositeur a écrit qu’il était « une façon de voyager en Orient qui va même jusqu’en Extrême-Orient. Le passage en sol est un chant d’amour nubien que j’ai entendu chanter sur le Nil ». Le compositeur ne se limite pas seulement à l’Afrique du Nord mais développe son imaginaire jusqu’en Asie avec La Princesse Jaune, opéra dans lequel Kornelis tombe amoureux d’une femme japonaise figurant sur une estampe de son cabinet de travail. Suite à une prise de psychotrope, il voit cette femme prendre vie sous les traits de Léna, à qui il est réellement destiné.

L’Orient fascine non seulement Camille Saint-Saëns mais aussi Hector Berlioz avec la Marche marocaine, La Captive, L’Arabe jaloux. Alors adolescent (entre 1819 et 1821), Hector Berlioz compose L’Arabe Jaloux, première version de ce qui deviendra Le Maure Jaloux : romance, sur un texte de Jean-Pierre Claris de Florian. La Marche marocaine est un arrangement de l’œuvre homonyme pour piano de Léopold de Meyer en version orchestrale. Composée en 1832 lors de son séjour à Rome, La Captive est une douce mélodie sur un poème de Victor Hugo, où une femme sublime sa captivité forcée dans un harem grâce à l’écriture poétique et à la rêverie. L’action se déroule probablement lors des luttes émancipatrices de la Grèce au sein de l’Empire Ottoman en 1820. Le compositeur isérois s’attache aux thématiques historiques, en témoigne son opéra Les Troyens traitant de la prise de Troie. Admiratif de Virgile, il s’inspire de son Enéide pour l’écriture du livret.

Les Djinns de César Franck est inspiré d’un poème de Victor Hugo du même nom. Ce poème symphonique pour piano et orchestre est construit en perpétuelle tension, où les crescendos et decrescendos symbolisent le passage de ces créatures maléfiques sur la maison du narrateur. Namouna, ballet également inspiré de l’incontournable ouvrage Les Orientales de Victor Hugo et d’un conte d’Alfred de Musset, est une des œuvres les plus connues d’Edouard Lalo. Écrite en 1881 pour Marius Petipa, la musique de Namouna a reçu un accueil mitigé. En effet, la partition musicale s’ouvre sur un tumulte de cuivres et de percussions, se poursuit avec un second thème plus délicat avant que les mouvements de la fête haute en couleurs reprennent le dessus. Toutefois, la salle compta des enthousiastes comme les compositeurs Gabriel Fauré, Emmanuel Chabrier, Ernest Chausson et Claude Debussy.

Shéhérazade est un cycle de mélodies composé par Maurice Ravel sur trois poèmes de Tristan Klingsor, pseudonyme de Léon Leclère : Asie, La Flûte Enchantée et L’indifférent. Shéhérazade n’apparaît pas dans l’œuvre comme narrateur ou personnage. Ce n’est qu’un titre pour lui-même, utilisé pour son pouvoir évocateur, sa sonorité, sa couleur : impossible de ne pas songer à la femme fatale, aux charmes de l’Orient.

Lakmé, œuvre de Léo Delibes conçue pour deux étoiles, la soprano Marie Van Zandt et le ténor Talazac, met en œuvre les ressorts les plus efficaces de l’opéra orientaliste : comme chez David et Massenet, la rêverie musicale autour d’une civilisation lointaine ; comme chez Bizet, l’affrontement du fanatisme religieux et d’une sensualité exacerbée ; comme chez Meyerbeer, la passion entre deux amants de cultures différents. Dans un décor luxuriant conjuguant nature sauvage et fêtes populaires, la rencontre entre la fille d’un brahmane et un officier britannique ravive les tensions communautaires dans les Indes colonisées. Depuis sa création en 1883 à l’Opéra-Comique, Lakmé connaît un énorme succès à tel point que “Le duo des fleurs” ou “L’air des clochettes” sont devenus des airs incontournables de l’opéra français.

Ainsi, le programme Les Orientales comprend quelques-unes des plus belles œuvres d’inspiration orientale de la musique française du 19e siècle. Les Siècles présentent un Orient rêvé, du mythe de la femme fatale aux phénomènes surnaturels, des paysages luxuriants aux grandes épopées romanesques.

 

Cédric Tiberghien  Clémentine Margaine 
Concerts

Mercredi 16 août 2017, 19h30
Londres, BBC Proms

Vendredi 25 août 2017, 21h
La Côte-Saint-André, Festival Berlioz