Le 7 octobre prochain, Les Siècles signent leur retour au Concertgebouw d’Amsterdam, salle à l’acoustique légendaire qui voit, depuis 1888, défiler les chefs et les orchestres les plus prestigieux du monde.
C’est un programme marqué par la Révolution française et Napoléon qui sera proposé avec la célèbre Symphonie n°5 de Beethoven et deux oeuvres de Méhul et Kleinheinz écrites pour Napoléon 1er.


François-Xavier ROTH nous parle de la relation entre BEETHOVEN & la FRANCE

Etienne-Nicolas Méhul, Les Amazones (ouverture)
Franz Xaver Kleinheinz, Messe en la bémol majeur « dite de Méhul »
Ludwig van Beethoven, Symphonie n°5 en ut mineur

Les Siècles
François-Xavier Roth, direction 
Chantal Santon, soprano
Caroline Meng, mezzo
Artavazd Sargsyan, ténor
Tomislav Lavoie, basse
Chœur de la radio flamande

Le programme s’articule autour de 3 oeuvres, toutes dans le plus pur style « Révolutionnaire glorieux ».
Les Amazones (ou la fondation de Thebes) d’Etienne-Nicolas Méhul, est un opéra composé en l’honneur du mariage de Napoléon 1er avec la jeune Impératrice Marie-Louise, il est très clairement une allusion à la réconciliation entre la France et l’Autriche mais aussi un moyen pour Napoléon d’asseoir sa grandeur à travers une personnification des héros antiques et de leurs exploits guerriers.

C’est naturellement que l’orchestre poursuit avec la Messe en la bémol majeur composée vraisemblablement en l’honneur du couronnement de Napoléon et qui a fait dernièrement l’objet d’une découverte musicologique permettant de ré-attribuer la paternité de l’oeuvre à Franz Xaver Kleinheinz et non Etienne Nicolas Méhul, comme l’histoire a voulu nous le faire croire.

Enfin la Symphonie n°5 dite Symphonie du Destin de Beethoven, dont les premières ébauches ont été écrites en même temps que la Symphonie n°3 dont le dédicataire n’était autre que Napoléon 1er lui-même.
C’est dans ce climat post-Révolutionnaire et baigné par les guerres napoléoniennes qu’est composé ce pilier du repertoire symphonique qui bénéficie d’une plus longue maturation que les autres, Beethoven s’enfonçant déjà profondément dans la surdité, il n’en demeure pas moins fasciné par les idéaux révolutionnaires et s’inspire des hymnes des compositeurs officiels de la révolution française : François-Joseph Gossec, Rouget de l’Isle et Etienne-Nicolas Méhul.
Avec la Symphonie n°5, l’orchestre symphonique entre radicalement dans une nouvelle ère, ouvrant ainsi la voie aux Berlioz, Wagner, Mendelssohn… La musique entre dans le Romantisme.

C’est cette révolution politique et musicale que François-Xavier Roth et les Siècles avec le concours du Palazetto Bru Zane refont vivre le temps d’un concert.

Ecoutez la retransmission en direct du concert: http://www.radio4.nl/ntrzaterdagmatinee/concert/661/vrijheid-in-morseVrijheid-in-morse

Chantal Santon Caroline Meng Artavazd Sargsyan Tomislav Lavoie

Claire Willis était avec nous à Bonn pour son émission sur la Symphonie n°5 de BEETHOVEN 

Concerts

Samedi 7 octobre 2017, 14h15
Amsterdam, Concertgebouw